Refuser la Polygamie

Peut-on soumettre comme condition dans un acte de mariage que l’on souhaite que son mari soit monogame?

Il y a sur cette question des divergences entre les savants musulmans. Voici les avis qui sont ramenés à ce sujet par Moufti Taqi Ousmâni (Réf: « Dars Tirmidhi », commentaires du « Sounan Tirmidhi » – Volume 3 / Page 412) et Cheikh Wahbah Zouheïli (Réf: « Al Fiqh oul Islâmiy » – Volume 7 / Page 56):

 D’après l’école hanafite, la femme est en droit de poser comme condition dans l’acte de mariage que son mari ne prendra pas d’autre épouse. A partir de là, si l’homme accepte, il sera tenu de respecter cette condition devant Allah (« Diyânatan »). Mais s’il ne tient pas sa promesse, l’épouse n’aura pas le droit de réclamer le divorce (« Qadhâ’an »). Selon l’Imâm Nawawi r.a., l’opinion de l’école châféite est similaire à celle des hanafites sur cette question.

 D’après l’école hambalite, il est tout à fait permis de soumettre cette condition lors du contrat de mariage. Si l’homme l’accepte, il lui sera obligatoire de la respecter. Par la suite, s’il ne tient pas son engagement, la femme sera en droit de demander le divorce. Dr Abdoul Karîm Zaydân (Réf: « Al Moufassal » – Volume 6 / Page 133) rapporte que cet avis était également celui de nombreux Compagnons (radhia Allâhou anhoum), parmi lesquels Oumar (radhia Allâhou anhou) , Sa’d Ibnou Abi Waqqâs (radhia Allâhou anhou) et Mouâwiyah (radhia Allâhou anhou). Cet avis est encore celui qui a été choisi par Allâmah Ibnou Taymiyah (r.a.). Dr Abdoul Karîm Zaydân accorde lui aussi préférence à cette seconde opinion.

 Pour l’école mâlékite:
->  Si la femme pose une condition simple (du genre: « Je t’épouse à condition que tu te remarieras plus »), sans la relier de façon explicite avec un choix de divorce (du genre: « Je t’épouse à condition que tu te remarieras plus; si tu le fais, j’ai le choix de divorcer ou de rester avec toi. »), dans ce cas, l’opinion de l’école mâlékite est proche de celle des hanafites, sauf que d’après cette école, il est « Makrouh » (blamâble) de poser ce genre de conditions.
->  Mais, si la femme a stipulé dans le contrat de mariage que son mari ne devrait pas prendre de seconde épouse, et qu’elle ajoute que, s’il ne respecte pas cette clause, elle aura le choix de divorcer ou de rester en sa compagnie, la condition posée sera valide et effective (bien que « Makrouh », d’après ce qu’écrit Cheikh Zouheyli). Dans ce cas, en cas de violation de la part de l’époux, elle bénéficiera du choix de se séparer ou de rester avec lui. Comme le rappelle Ibnou Taymiyah r.a., cet avis de l’école mâlékite est , dans le fond, très proche de celle de l’école hambalite.
(Réf: Fatâwa de Ibnou Taymiyah r.a. et « Al Fiqh oul Islâmiy » – Volume 6 / Page 55).

Wa Allâhou A’lam !

Et Dieu est Plus Savant !

Source : Sheikh Muhammad Patel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :