La Position Assise entre les deux Prosternations

Il est recommandé de s’asseoir en position dite iftirash entre deux prosternations, c’est à dire s’asseoir sur la plante du pied gauche et poser la face intérieure des orteils du pied droit sur le sol, orientée vers la Qibla.

D’après Aisha, le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, s’asseyait sur le pied gauche et dressait la base du pied droit » (Al Bukhari et Muslim)

Ibn Umar, cité par An-Nasa’i, a dit : « Entre autres actes relevant de la sunna dans la prière, il y a le fait de dresser la base du pied droit et d’orienter les orteils du même pied vers la Qibla »

Il est également recommandé, ainsi qu’il est rapporté dans certains hadith, de s’asseoir en position dite iq’a, laquelle consiste à coucher le dos des pieds sur le sol et à s’asseoir sur le talons. Abu Ubayda soutient que c’est l’opinion des traditionalistes. Abu Az-Zubayr rapporte qu’il a entendu Tawus tenir les propos suivants : « Nous interrogeâmes Ibn Abbas sur la position assise dite iq’a. – C’est la sunna, répondit-il. Comme nous lui disions : « Cela nous semble inconvenant pour un homme », il répondit une seconde fois : « C’est la tradition du Prophète ». (Muslim)

On rapporte que lorsque Ibn Umar avait relevé la tête après la première prosternation, il s’asseyait sur la pointe des pieds ; il disait que c’était la une sunna. Dans le même sens, Tawus affirme avoir vu les trois Abdallah (Ibn Abbas, Ibn Umar et Ibn Az-Zubayr) s’asseoir e position dite iq’a. (Al Bayhaqi)

Quant à s’asseoir en posant le derrière sur le sol, les cuisses écartées, voila qui est répréhensible de l’avis unanime des savants. Abu Huraya affirme : « Le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, m’a interdit trois choses : picorer le sol à la manière du coq, m’asseoir à la manière du chien et regarder de côté à la manière du renard ». (Ahmad, Al Bayhaqi, At-Tabarani, Abu Ya’la)

En outre, il est recommandé à qui s’assoit entre les deux prosternations de poser la main droite sur la cuisse droite, la main gauche sur la cuisse gauche, les doigts allongés, légèrement écartés, arrivant jusqu’aux genoux, et orientés vers la Qibla.

L’invocation entre les deux prosternations :

Il est recommandé de dire et de répéter, si l’on veut, les invocations suivantes entre les deux prosternations. D’après An-Nasa’i et Ibn Maja, citant Hudhayfa, le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, disait entre deux prosternations : « Ô Seigneur ! Pardonne-moi. Ô Seigneur ! Pardonne-moi » (Rabbi ghfir lî ! Rabbi ghfir lî !).

Abu Dawud rapporte ce propos qu’il tient d’Ibn Abbas : « Le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, implorait Dieu en ces termes : « Ô Seigneur ! Pardonne-moi, accorde-moi Ta miséricorde, guide-moi, panse mes blessures, assure-moi le salut, procure-moi ma subsistance et élève-moi » (Allâhumma ghfir lî, wa rhamnî, wa hdinî, wa jburnî, wa ‘âfinî, wa rzuqnî, wa rfacnî).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :