Le Nombre de Cycles de Prière requis dans la Prière Surérogatoire Nocturne

Cette pratique culturelle n’est point délimitée par un nombre défini de cycles de prière ; elle peut même se ramener au seul cycle de prière du witr, qui est postérieur à l’office de la nuit (al-‘ishâ’).

– Samura Ibn Jundab rapporte : « Le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, nous a recommandé de prier peu ou prou durant la nuit, et d’achever notre prière avec le witr. » (At-Tabarânî, Al-Bazzâr).

– On rapporte, citant Anas, que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, a dit : « Une prière dans ma mosquée vaut dix mille prières ; une prière dans la Mosquée Sacrée équivaut à cent mille prières ; dans le campement des combattants, elle en vaut un million. Mais, bien meilleures que tout cela sont les deux cycles de prière accomplis par le serviteur de Dieu au milieu de la nuit. » (Abû Al-Shaykh, Ibn Hibbân).

– Iyâs Ibn Mu’âwiya Al-Munzanî rapporte que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, a déclaré : « Il convient de se livrer à quelque prière pendant la nuit, si brève fût-elle. Or, tout ce qui est postérieur à l’office nocturne (al-‘ishâ’) fait partie de la nuit. » (At-Tabaranî).

– Ibn ‘Abbâs évoqua un jour la prière de la nuit. « Le Messager de Dieu, lui précisa-t-il alors, a affirmé : « Sa moitié, son tiers, son quart valent le temps de traire une chamelle ou une brebis ».

– On rapporte, citant également Ibn ‘Abbâs : « Le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, nous a recommandé de nous appliquer à la prière de la nuit, il nous y a exhorté avec insistance, en affirmant : « Prenez soin de faire la prière de la nuit, ne serait-ce qu’en faisant un cycle de prière. » (At-Tabarânî).

Il est préférable de faire onze ou treize cycles de prière, l’orant ayant toute latitude de procéder de façon continue ou discontinue. ‘Aisha raconte que le le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, aussi bien pendant le Ramadan qu’en d’autres périodes, ne dépassait jamais les onze cycles de prière. Il en faisait d’abord quatre : tu ne saurais imaginer combien elles étaient longues, belles, ferventes, puis quatre autres, tout aussi longues, belles et ferventes. Enfin trois cycles. ‘Aisha relate : « Je demandai : « Ô Messager de Dieu, rejoindrais-tu ta couche avant de faire le witr? – Ô ‘Aisha, me répondit-il, si mes yeux s’endorment, mon coeur ne s’endort point ». Ce dernier hadith est rapporté par Al-Bukhâri et Muslim, lesquels rapportent également, citant Al-Qâsim Ibn Muhammad : « J’ai entendu ‘Aisha dire : « Le prière que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, accomplissait pendant la nuit consistait en dix cycles, auxquels s’ajoutait un cycle en guise de witr ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :