Lever les Mains

Il est recommandé de lever les mains dans quatre cas : lors de la prononciation de la formule de sacralisation « Allahu akbar ». L’ensemble des jurisconsultes est unanime pour rapporter que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, levait ses mains quand il débutait la prière. Cet acte fait l’objet d’un consensus formé par cinquante Compagnons, dont les dix Compagnons à qui le Paradis a été promis. Al-Bayhaqi rapporte d’après Al-Hakim ce qui suit : « Nous ne connaissons aucun acte recommandé qui ait gagné l’adhésion des quatre califes, des dix Compagnons à qui le paradis a été promis et des autres Compagnons, malgré leur dispersion dans différents pays, comme celui-là ».

Comment lever les mains?

Plusieurs façon de lever les mains sont mentionnés ; cependant, celle qui recueille l’avis de la majorité consiste à lever les mains au niveau des épaules, de telle sorte que les bouts des doigts se rapprochent du haut des oreilles, que les pouces des mains se situent tout près des lobes des oreilles, et que les paumes des mains soient à hauteur des épaules. C’est de cette façon que Ash-Shafi’i a réuni les différents hadith cités en la matière et cette initiative a été appréciée par tout le monde. Cependant, Abu Huraya précise que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, quand il débutait la prière, levait les mains en les avançant et en les étendant.

A quel moment doit-on lever les mains?

– Il convient de lever les mains au moment où l’on prononce « Allahu Akbar » pour débuter la prière, ou de les levant avant. Ibn ‘Umar rapporte que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, levait les mains en même temps qu’il disait « Allahu akbar » jusqu’à ce que ses mains fussent à hauteur de ses épaules, ou tout près. Quant au fait de lever les mains avant de prononcer « Allahu akbar », Al Bukhari et Muslim rapportent d’après Ibn ‘Umar, que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, lorsqu’il débutait sa prière, levait les mains jusqu’à hauteur de ses épaules et, ensuite il disait « Allahu akbar ».

Ceci dit, slon Malik Ibn Al-Huwayrith, le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, prononçait « Allahu akbar » puis il levait les mains » (Muslim). Al-Hafidha dit : « Je ne connais personne qui ait dit que la prononciation de la formule « Allahu akbar » devançait le lever des mains. »

– Il est recommandé de lever les mains avant et après l’inclinaison (ruku), compte tenu du témoignage de vingt deux Compagnons du Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, qui ont témoigné que ce dernier faisait ainsi. Ibn ‘Umar rapporte que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, lorsqu’il débutait la prière, levait les mains à hauteur des épaules ; puis il disait « Allahu akbar ». Quand il voulait ensuite s’incliner, il les levait une seconde fois et quand il relevait de nouveau la tête et se redressait, il les levait une troisième fois en disant « Samia l-Lahu liman hamida, rabana wa lakal hamd ». (Al Bukhari)

A noter que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, ne levait pas les mains lors des prosternations (sujud) ni avant, ni après, ni entre les deux prosternations. Al-Bayhaqi ajoute que telle fut sa prière jusqu’à ce qu’il meure. Ibn Al-Mada’ini estime que ce hadith est un argument probant et qu’à ce titre, quiconque le connait doit l’appliquer, parce que ses références ne sont pas constatables. En outre, Al-Bukhari a réservé à ce sujet toute une partie dans laquelle il rapporte, selon Al-Hasan, que les Compagnons du Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, levaient les mains dans les trois cas mentionnés plus hauts.

Quant aux hanafites, ils affirment qu’on ne doit lever les mains qu’une seule fois au début de la prière, lors de la formule « Allahu akbar ». Ils se réfèrent, en cela, à un hadith d’Ibn Mas’ud qui dit : « Certes, je vais vous montrer la prière qu’accomplissait le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam ; or il accomplit la prière et ne leva les mains qu’une seule fois ». Ce point de vue n’est pas solide, parce qu’il contredit un nombre important de spécialistes illustres en matière de hadith. Ibn Hibban a dit que c’était la le meilleur des récits. Les gens de Kuffa se sont appuyés sur ce récit pour rejeter le lever des mains dans la prière, avant et après l’inclinaison. Or c’est la une preuve faible sur laquelle on ne peut s’appuyer, car il y a de nombreuses autres qui l’annulent. Et à supposer qu’il soit authentique, comme le soutient At-Tirmidhi, il ne peut s’opposer aux hadith authentiques notoirement connus. L’auteur du « Tanqih » estime qu’il est possible qu’Ibn Mas’ud ait oublié le lever des mains, comme l’ont oublié d’autres Compagnons. Az-Zayla’i a écrit dans son « Nasb Ar-Raya », citant l’auteur du « Tanqih » : « Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’Ibn Mas’ud ait oublié cela ; n’at-il pas oublié, du Coran ce sur quoi les musulmans n’ont jamais divergé, à savoir les deux sourates préservatrices « al-mu’awwidhatan »? N’a-t-il pas oublié ce que les savants musulmans on été unanimes à considérer comme abrogé, à l’exemple du tatbiq (le fait de mettre les mains sur les parois intérieures des cuisses en faisant les inclinaisons)? N’a-t-il pas oublié la manière dont doivent s’aligner deux personnes derrière l’imam? N’a-t-il pas oublié ce sur quoi les gens n’ont jamais divergé, à savoir que le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, avait accompli la prière de l’aube du jour du sacrifice à son horaire prescrit? N’a-t-il pas oublié la manière dont le Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, avait réuni entre deux prière à ‘Arafat? N’a-t-il pas oublié ce sur quoi les savants n’ont jamais divergé, à savoir mettre les coudes et les avant-bras sur la terre lors des prosternations? N’a-t-il pas oublié comment le Prophète récitait « Et il n’a créé le mâle et la femelle… ». Aussi, si Ibn Ma’sud a pu oublier de telles choses durant la prière, pourquoi n’aurait-il pas pu oublier le lever des mains? »

– Le quatrième lever des mains au moment de se relever au moment d’entreprendre le troisième cycle de prière.

Ce quatrième lever des mains est également recommandé, compte tenu du fait qu’Ib, ‘Umar levait les mains quand il se relevait après les deux cycles de prière et que l’imam Ali, quand il décrivit la prière du Prophète, salla l-Lahu alleyhi wa salam, dit : « Quand le Prophète se relevait après les deux prosternations, il levait les mains à hauteur des épaules et disait « Allahu akbar ». (Abu Dawud et Ahmad)

Cette pratique est applicable aussi bien pour l’homme que la femme.

Ash-Shawkani a dit : « Sache que cette sunna concerne aussi bien l’homme que la femme et aucune information n’existe qui établisse une différence entre eux. Le nombre de fois où l’on lève les mains dans les cas précisés est le même pour chacun des hommes et des femmes »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :